Top
internement

Mémorial de l’internement et de la déportation

Le mémorial de l’internement et de la déportation à Compiègne

Connaissez-vous l’histoire, voire même l’existence, du camp de Royallieu ? Il a pourtant été l’un des camps d’internement les plus importants de France pendant la 2eme guerre mondiale, après celui de Drancy. Il était aussi le seul entièrement administré par la Wehrmacht. 50.000 personnes ont transité ici avant d’être envoyé dans les camps de concentration et d’extermination nazis. Plus de la moitié n’en sont jamais revenus.

C’est à coté de Compiègne, dans cette ancienne caserne militaire de 1913, que les allemands ont installé l’un de leurs camps d’internements destinés à tous ceux qui semblaient dangereux pour eux : militants communistes, gaullistes, auxquels s’ajoutaient juifs, ressortissants de pays en guerre avec l’Allemagne ou encore condamnés de droit commun. C’est aussi de ce camp – le Frontstalag 122 – que les premiers déportés ont été envoyés à Auschwitz le 27 mars 1942.

D’une superficie de 22 hectares, le camp comportait 24 baraques de 60 mètres de long sur 15 de large dont il ne reste que 3 debout. Devenu aujourd’hui le Mémorial de l’Internement et de la Déportation, le musée retrace le douloureux passé de ce site. Vous découvrez, à travers de nombreux documents, bandes sonores, films, frise ou tables holographiques, la vie des hommes et des femmes qui étaient internés ici. Mais également ce qu’il advenait d’eux lors des convois ferroviaires qui partaient de la gare de Compiègne.

La visite des lieux vous permet également de mieux comprendre son histoire : le jardin, les arbres, le tunnel d’évasion, découvert par hasard pendant les travaux, et la chapelle œcuménique pour ceux qui souhaitent se recueillir. C’est un lieu émouvant qui reste le témoin des heures les plus affreuses de l’Histoire.

P'tit conseil

You don't have permission to register